Lors de son passage au 20h d’Anne-Claire Coudray il y a quelques semaines, Stromae nous a offert son single ‘L’Enfer’ – un morceau personnel et poignant qui explore les pensées suicidaires – que l’on retrouvera dans son prochain album Multitude (dont la sortie est prévue le 4 mars prochain),

L’engouement sur les réseaux sociaux notamment sur Twitter avec le #Stromae; après sa prestation souligne l’importance des chansons telles que l’Enfer.

Un effet Stromae souligné par les acteurs du champs de la santé mentale

Le directeur de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) Tedros Adhanom Ghebreyesus, a remercié Stromae via un tweet d’avoir « abordé le sujet difficile du suicide » : « Tellement important de demander de l’aide si vous en avez besoin ».

Et il n’est pas le seul. Charles-Edouard Notredame, (psychiatre de l’enfant et de l’adolescent au CHU de Lille et coordinateur adjoint du 3114) a évoqué sur BFM TV, une « hausse sensible » des appels suite au passage de Stromae au JT : « Il y a des gens qui nous appellent et qui font référence explicitement au fait qu’ils ont vu Stromae à la télé. De manière très claire, on a un effet Stromae. (…) Il a pu manifester ou exprimer ses difficultés et ça les a encouragés, ça a libéré une forme de parole ».

De son côté, Nicolas Rainteau (psychiatre au CHU de Montpellier) déclare sur Twitter que « L’impact qu’a eu Stromae en trois minutes, je ne l’aurais jamais en une vie de psychiatre ! Ceux qui ont connu la dépression savent que ce n’est pas évident d’en parler. Lui décide de le faire. Franchement, on prend le cadeau ». Plus tard, il expliquera au Parisien « Qu’un artiste aussi adulé, respecté et talentueux parle en son nom d’un sujet aussi tabou et caché, cela a forcément un impact énorme. D’abord, cela prouve que cela peut arriver à tout le monde et apporte une certaine “normalité” à ceux qui en souffrent. Comme quand Mariah Carey parle de son trouble bipolaire, cela montre aussi qu’on peut vivre avec et être une star ».

Autrement dit, pour Nicolas Rainteau, “L’enfer” « peut sauver des vies en aidant certains à déculpabiliser et d’autres à sortir du silence ».

Source